4 avril 2017

La Chair des Anges déchus

Programmer ce spectacle >
+33 (0)7 69 72 12 50
contact@barouf.org

Superposition de L.Leclerc :
Méduse,
peinture à l'huile sur cuir
de Caravage (exécutée en 1597-1598)
Plan du Radeau de La Méduse
(1816)
d'Alexandre Corréard, rescapé du naufrage
(ci-dessous)

 

Vos avis sur ce spectacle


 

"Le monde entier est un radeau
et les humains des naufragés
qui errent à sa surface" Laurent Leclerc


texte, mise en scène et scénographie Laurent Leclerc · avec Jean-François Baudé artiste-associé à Barouf (Géricault - dessin en live) · Olivier Mellano (Guitariste live) · Paul Lourdeaux (Savigny), Félix Geslin (Corréard), Gérard Hardy (Coudein), Jean-Paul Guillot (Chaumareys), Jean Effer (Dupont), Gaël Charpentier (Lavillette, Soldat 4), Nolwenn Ollivier (La Ring girl, Camille – La Moussette), Anne Chapelet (La Cantinière, le fantôme de la Cantinière), Victor Merlet (Thomas – Le Petit Mousse), Guy Barthel (Soldat de la Bérézina, Sergent Major Bernard Charlot et Soldat 1), Catherine Faivre (Soldat 2), Elodie Crochemore (Soldat 3), Estelle Bourget (Chœur des Naufragés), Muriel Weishaupt (Passagère du radeau), Eric Weishaupt (Chœur des Naufragés), Un spectateur au hasard (Sergent Pratsi – mari de la Cantinière) , Sabine Musemaque (Chœur des Naufragés), Ghislaine Lecornu (Chœur des Naufragés), Michèle Bouniot (Chœur des Naufragés), Jean-Claude Peleau (Chœur des Naufragés), Mireille Gratté (Chœur des Naufragés), Olivier Gratté (Chœur des Naufragés), Anne-Marie Gallot (Chœur des Naufragés), Tatiana Reux (Chœur des Naufragés), Elizabeth Brochet (Chœur des Naufragés)

La Chair des Anges déchus forme avec Soox Méduse et La Cantinière des Armées une suite de textes autonomes qui s'inspirent du naufrage de la Méduse de 1816, regroupé sous le titre Les Naufragés de la Méduse

"La Chair des Anges déchus est une réinvention des récits des survivants du naufrage de la Méduse. Une réécriture libre, un contre-récit éclaté qui laisse coexister les vérités imaginaires. J’ai choisi un angle poétique pour raconter cette histoire. Et non un angle historique ou chronologique qui tenterait une reconstitution. Il ne s’agit pas d’aligner les grands épisodes du radeau mais de s'inspirer de ce que cette histoire nous a légué et qui façonne chaque être.

Passer de l’autre côté du tableau, entrer dans le chef-d’œuvre de Géricault. Faire revenir, ressortir le vivant derrière cette image figée. Donner un sentiment de proximité : faire re-découvrir au public ce qu’il croyait savoir.
Donner à voir la mémoire en action, en train de se faire et se défaire, qui plonge le public dans le bouillonnement des situations dramatiques dans lesquelles se sont retrouvés les naufragés de la Méduse, devant les mêmes choix, retournements de situations, les alliances qui se mettent en œuvre pour la survie d’un petit nombre.
Éviter les simplifications manichéennes et l’illustration. Entrer dans la complexité humaine.
Ne pas utiliser le théâtre comme lieu de réhabilitation ou de jugement mais pour donner une autre vision des êtres et des événements. Cela interroge notre rapport au passé et plus largement au récit. C’est à dire aux petites et aux grandes histoires qui nous constituent et dont on ne connait le plus souvent que la surface."

Note sur le titre
"J'ai redécouvert à Bruxelles La Chute des anges rebelles tandis que je travaillais à la réalisation de la fiction radiophonique Les Naufragés de la Méduse. J’ai vu dans ce tableau les survivants du Radeau de la Méduse qui tentaient d’entrer au Paradis et l’argument du troisième volet est venue : Parce-qu’ils ont refusé d’accepter leur destin et de se laisser mourir dignement dans le tableau de Géricault, parce qu’ils ont préféré tuer leur compagnons d’infortune et se nourrir de leur chair pour survivre; au moment de leur mort, les survivants du radeau de la Méduse se voient interdire l’accès aux Paradis et sont chassés du tableau de Brueghel l’Ancien. Ils chutent longuement et atterrissent en enfer. Et quel pouvait être l’enfer pour ces survivants : le radeau lui-même, où ils sont condamnés à revivre leur histoire inlassablement."

Laurent Leclerc

1 ère assistante mise en scène Iris Funk-Brentano · 2ème assistante mise en scène et relation presse Pauline Mongin · conseil historique Julie Devinne et Bruno Chenique · musique Olivier Mellano · costumes et accesseoires Daniel Dieu · lumière Laurent Leclerc · maquilleuse-coiffeuse Anne-Sophie Sibilat · Régie lumière, plateau, image Guillaume Gédouin · chef opérateur du son Eric Aurégan assisté de Romain Edmond · régie, construction, installation Jean-Paul Penis et Francis Boinot · photos des répétitions et du spectacle Michel Jacquot, Jean-Pierre Brault, Jan Piek, Alain Genet et Michel Duvot · captation du spectacle Laurent Leclerc, Margaux Delafon

production Barouf – coproduction La Comédie Poitou-Charentes - Centre Dramatique National, Le Ministère des Armées - DPMA – coréalisation Musée national de la Marine de Rochefort – soutiens Ville de Rochefort, La CARO – résidences de création Arcal (Paris), Lilas en Scène (Les Lilas), Les Amarres (Rochefort), Musée de la Marine de Rochefort

partenaires médias Radios : France Culture (Elise Gruau), Demoiselle FM (Pascal Darmandieu, Arnaud Develde, Emmanuel Bidaux), D4B radio (Virginie Gamain), Radio Collège (Louise Lucas), Terre marine FM (Jean-Luc Richard), Attitude (Stéphane Vincent), France Bleu La Rochelle (Marylou Richet), Radio Diffusion Charentaise (Yann Perrocheau et Mme Morley) – Presse papier : Sud Ouest (Emilie Barthe), Le littoral de la Charente-Maritime (Sylvie Legrand), L’hebdo de la Charente-Maritime (Marie Ballet) – Tv : France 3 La Rochelle (Marc Millet)

remerciements à Philippe Mathieu, Denis Roland, Charlotte Drahé, Valérie Vachon-Bellavance et l’équipe du Musée de la Marine de Rochefort – La Comédie Poitou-Charentes, Centre Dramatique National, Yves Beaunesne et ses équipes – L’Arcal, Catherine Kollen (Dir.), Lilas en scène - Espace de création pour le spectacle vivant (Les Lilas), Philippe Chavanis et Claire Aquart, L’Institut Français de Saint-Louis du Sénégal, Marc Monsallier, Jean-François Rapin, Daniel Dieu et l’association Le Garde Chauvin, Muriel Weishaupt et l’Association Rochefort en Histoire – La Ville de Rochefort, La CARO et Florence Lecossois, David Bodin, Laurent Niollet, Madame Bovo – Selfbio, Michel Metayer et l’Association Ecume des Mers, Eric Kernéïs et l’Association TEC-TAP, Franck Buffeteau et L’Epitheatre, La société française d'histoire napoléonienne - Le Souvenir Napoléonien, Julie Devine, Philippe et Maryse Mailfait

l’auteur-metteur en scène remercie particulièrement les équipes de Barouf qui ont œuvré sans relâche pour la réalisation de cette aventure entre 2016 et 2019 : Jacques Rouayroux, président – Martine Blanchon, administratrice – Rémi Jacquot, comptable – Margaux Delafon, productrice exécutive – Jean-François Baudé, artiste associé à Barouf – Philippe et Maryse Mailfait. Cette trilogie leur est dédiée.

Barouf © Saison 2016-2022 - Tous droits réservés pour tous pays

Photos © Laurent Leclerc (Louvre Paris)
La Chute des anges rebelles
de Pieter Brueghel l'Ancien, 1562
El Angel Caido - L'ange déchu
de Ricardo Bellver (Madrid, 1877)
Le Radeau de la Méduse, 1819
Théodore Géricault © Getty

Calendrier des représentations


MUSÉE NATIONAL DE LA MARINE DE ROCHEFORT
1, Place de la Galissonnière
17300 Rochefort

> Vend. 28 juin 2019 à 18h
> Sam. 29 juin 2019 à 18h
> Dim. 30 juin juin 2019 à 18h

Le spectacle a lieu sur le Radeau de la Méduse reconstitué à l'échelle 1:1 (Nombre de places limités)

Durée : 1h30 environ

TARIFS
pass-trilogie plein : 35 €
pass-trilogie réduit (∗) : 20 €
(∗) : scolaire, demandeur d'emploi, -de 26 ans, groupe (+ de 8 pers.)

 > Réservez vos places une seule adresse :
contact@barouf.org

Billetterie ouverte 1h avant le début de la lecture au Musée de la Marine

Infos Musée :
+33 (0)5 46 99 86 57
rochefort@musee-marine.fr

Infos Cie :
+33 (0)7 69 72 12 50
contact@barouf.org