5 mars 2017

La Cantinière des Armées

Programmer cet événement >
+33 (0)7 69 72 12 50
contact@barouf.org

1855, photographiée par Roger Fenton. La vivandière (ou cantinière) © D.R.

Lettres de spectateurs


"Musée de la Marine à Rochefort, assis en équilibre sur la réplique du Radeau de la Méduse, nous sommes embarqués dans le flot des mots et par cette voix incandescente. Une épopée tragique, un drame ou l'amour et le courage se conjugue. Laurent Leclerc a dressé le portrait d'une femme en rupture avec son époque et son sexe dans un souci rare d'une écriture exigeante.....flamboyante. Marie-Thérèse Figueur.....Dominique Frot ? Laquelle de ces femmes suivons-nous dans les péripéties de ce naufrage ? La comédienne ou bien le personnage de fiction ? Marie-Thérèse doit TOUT à Dominique ! Ne portent-elles pas la même lettre de l'alphabet ? Le F." Florence Lecossois Adjointe au Maire, ville de Rochefort

"Je voudrais vous remercier pour cet émouvant et magnifique spectacle que vous avez donné avec la talentueuse Dominique FROT samedi dernier au Musée Nationale de la Marine de Rochefort. Le texte que vous avez écrit est inédit, émouvant, bouleversant, prenant tout au long de la lecture c’est, pour moi, un véritable chef-d’oeuvre. Comme je vous l’ai dit, mon ancêtre, Benoît BARBOTIN, qui a inventé le « cabestan à empreintes » était à bord de la frégate « la Méduse », il était âgé de 23 ans, aspirant de 1ère classe, et le lendemain du naufrage il a accompagné le délégué général Julien SCHMALTZ jusqu’à Saint-Louis du Sénégal. J’ai donc toujours été sensible aux récits relatant la terrible histoire du « Radeau de la Méduse », mais votre texte incomparable et Madame Dominique FROT, par son immense talent, m’ont fait découvrir une autre émotion sur ce naufrage". Yves Castelnau

Le décor, dans la cour du musée de la Marine, du radeau de la Méduse, impose déjà une ambiance particulière et en installant les spectateurs sur ce radeau nous prenons déjà place dans l’Histoire… L’apparition de Dominique Frot semble tellement fragile devant cet imposant décor et pourtant dès les premiers mots prononcés, l’accroche s’installe avec le public et nous voilà embarqués, fascinés, captifs de la voix de l’actrice et de sa forte présence. Le texte de Laurent Leclerc est puissant, sans concession sur les comportements inhumains de désespérés et d’une grande richesse historique ; les personnages sont subtilement campés et nous sommes admiratifs de la prouesse théâtrale ! Dominique Boucher

texte et mise en scène Laurent Leclerc · avec Dominique Frot · assistant mise en scène Guillaume Gédouin

J'ai envie de parler du moment
où les gens reprennent le pouvoir
sur leur propre histoire


Fiction sans scrupule biographique, ce monologue est cependant librement inspiré par la destinée de l’ex-dragon au 15e et 9e régiments de cavalerie, Marie-Thérèse Figueur (1774-1861) cantinière puis femme soldat dans la Grande Armée de Napoléon et le récit qui en a été fait par Saint-Germain Leduc en 1842, ainsi que par les témoignages des rescapés du naufrage de la Méduse (1816).

La Cantinière des Armées raconte l’histoire de la mortelle dérive du radeau de la Méduse durant treize jours et douze nuits, du point de vue de l'une de ses survivantes que l'on croyait morte noyée : la Cantinière des armées, seule femme présente à bord du radeau parmi 150 hommes.

Ce texte fait partie d'une série de textes pour le théâtre regroupées sous le titre Les Naufragés de la Méduse de Laurent Leclerc, qu’il met actuellement en scène (2017-2019) : Soox Méduse (création à Saint-Louis du Sénégal, mars 2017 avec 10 acteurs), La Cantinière des Armées (Lecture scénique en juillet 2017 à Rochefort avec Dominique Frot) et La Chair des Anges déchus (Création à Rochefort en juin 2019) sur le radeau reconstitué à l’échelle 1, avec 15 interprètes.

Raconter le cheminement de ce personnage jusqu’à la lucidité. (Processus qui s’inscrit dans du déroulement et non dans de l’instant – d’où le format ample du monologue). La lucidité ce n’est pas la connaissance, l’intelligence ou la perspicacité, c’est la lumière qui vient progressivement de l’intérieur, le feu intérieur qui nous fait vivre et en même temps nous consume. La lucidité c’est la capacité à regarder en face l’expérience traversée, le plus souvent, à notre détriment.. Mais ce n’est que rétrospectivement que l’on peut identifier ces instants, d’où l’omniprésence et l’obsession du récit dialogué, du discours rapporté dans la bouche de la Cantinière. Ce qui m’intéresse c’est de voir comment la vie, d’elle même, permet à de nouveaux possibles d’apparaître. Comment cette possibilité naît du dedans même de la vie et dévoile des ressources insoupçonnées au personnage. Mais cette possibilité qui s’ouvre discrètement, souvent à l’insu du personnage, n’est pas de l’ordre de la rupture tonitruante. La vie ne rompt pas soudainement avec elle-même. C’est un dégagement progressif. Un décalage qui ouvre d’autre possible.

Texte de Denis Roland

"Est-il raisonnable de placer une grande comédienne sur un radeau à la dérive ? Lorsque Dominique Frot s’en revient dans sa ville natale, ne pourrait-on la recevoir plus dignement que sur un tas de bois sommairement assemblé où il est de coutume de manger son prochain les pieds dans l’eau ? Certes, quand on a survécu à Camping Paradis et à SODA, on ne craint plus grand-chose. Mais surtout, quand on a joué sous la direction de Peter Brook, Robert Wilson ou Luc Bondy, qu’on connaît personnellement Feydeau et qu’on prête sa voix à Louise en hiver, on est bien placée pour raconter comme personne les histoires profondes comme la mer qui ne s’écoutent qu’avec effroi. Le radeau de la Méduse est de celles-ci et Dominique Frot nous fait le privilège de monter à bord pour nous en dire les sombres échos.

Il nous faut remercier le commandant de la Méduse en 1816, Hugues Duroy de Chaumareys, sans lequel nous n’aurions ni naufrage, ni tableau de Géricault, ni Dominique Frot dans la cour. On ne dira jamais assez tout ce que notre civilisation doit à l’incompétence des chefs. Mais, pour tout vous dire, tout ceci est également la faute de Laurent Leclerc.

Laurent Leclerc aime faire les choses à trois. Non seulement il a 3 métiers : auteur, comédien et metteur en scène, mais il est fan de trilogies. Et même de trilogies sénégalo-aunisiennes, ce qui n’est pas donné à tout le monde. Les Naufragés de la Méduse est l’une d’elle. Son premier volet, Soox Méduse, a été crée le 25 mars dernier au Palais du gouverneur de Saint-Louis du Sénégal. Le troisième, La chair des anges déchus, sera dévoilé à Rochefort à l’été 2019. La lecture de Dominique Frot est donc au centre de cette aventure peu banale dans les crépuscules de l’histoire. La Cantinière des armées mêle le destin des naufragés et celui de Marie-Thérèse Figueur, qui suivit les armées de Napoléon dans ses promenades espiègles à travers l’Europe. Des cannibales et un ogre se trouvent donc convoqués pour une même dérive aux confins de la résistance humaine, où la souffrance est propice aux plus belles métaphores.

La Cantinière des armées, lecture sur le radeau par Dominique Frot, sur un texte et une mise en scène de Laurent Leclerc, c’est une représentation unique le samedi 22 juillet à 18h.

Il est possible qu’il n’y ait pas assez de place pour tout le monde : c’était déjà le cas en 1816. Et comme on ne peut pas manger tous les spectateurs, nous ne saurions trop vous inviter à réserver par mail à l’adresse suivante : contact@barouf.org.

Nous vous espérons nombreux pour cet évènement fort et chargé d’émotions."

Denis Roland
Attaché de conservation du patrimoine
Musée national de la Marine-école de médecine navale, Rochefort

une production Barouf, en partenariat avec Le Musée National de la Marine de Rochefort, avec le soutien de La Comédie Poitou-Charentes – Centre Dramatique National, du Théâtre de la Coupe d'Or – Scène Conventionnée de Rochefort. Merci à Yves Beaunesne, Vincent Léandri, Philippe Mathieu, Denis Roland et à l'APMAC (Saintes)

© Musée de la Marine de Rochefort
Dominique Frot et Laurent Leclerc
Le Radeaux de la Méduse, D.R.

 En pratique


MUSÉE NATIONAL DE LA MARINE DE ROCHEFORT
1, Place de la Galissonnière
17300 Rochefort

> Samedi 22 juillet 2017 à 18h

La lecture a lieu sur le Radeau de la Méduse reconstitué à l'échelle 1:1 (Nombre de places limités)

Durée : 1h30 environ

TARIFS
plein tarif : 20 €
plus de 65 ans : 18 €
Situation de handicap : 15 €
moins de 30 ans : 12 €
demandeurs d'emploi : 10 €
enfants -12 ans : 8 €

 > Réservez vos places une seule adresse :
contact@barouf.org

Billetterie ouverte 1h avant le début de la lecture au Musée de la Marine

Infos Musée :
+33 (0)5 46 99 86 57
rochefort@musee-marine.fr

Prochainement


La Chair des Anges déchus (troisième volet de la trilogie - création à Rochefort juin 2019) sur le radeau reconstitué à l’échelle 1