12 décembre 2015

Les Naufragés de la Méduse

Programmer cette trilogie >
+33 (0)7 69 72 12 50
contact@barouf.org

Plan du Radeau de La Méduse au moment de son abandon ⋅ dessin d'Alexandre Corréard, rescapé du naufrage

© Rendel Freude, 2017 ⋅ Soox Méduse ⋅ Création à Saint-Louis, Sénégal

1855, photographiée par Roger Fenton⋅La vivandière (ou cantinière)

Vos avis sur ce spectacle


 

"Le monde entier est un radeau
et les humains des naufragés
qui errent à sa surface" Laurent Leclerc

texte, mise en scène et scénographie Laurent Leclerc · avec Catherine Salviat sociétaire honoraire de la Comédie-Française · Birane Ba de la Comédie-Française · Gérard Hardy artiste-associé à Barouf · Jean-François Baudé artiste-associé à Barouf (dessin en live) · Olivier Mellano (guitariste live) · Paul Lourdeaux ·  Félix Geslin · 1 ère assistante mise en scène Iris Funk-Brentano · 3ème assistante mise en scène Pauline Mongin · conseillère historique Julie Devinne · costumes Mylène Palisse · maquilleuse-coiffeuse Anne-Sophie Sibilat · Régie générale Guillaume Gédouin · chef opérateur du son Eric Aurégan · avec la participation de Ingrid Massé, Catherine Faivre, Élodie Crochemore et (en cours)

La Cantinière des Armée forme avec La Chair des Anges déchus et Soox Méduse une suite de textes autonomes qui s'inspirent librement du naufrage de la Méduse de 1816, regroupé sous le titre Les Naufragés de la Méduse

Qui connaît la véritable histoire du Naufrage de la Méduse ? Peint en 1819, le chef-d’œuvre de Théodore Géricault a atteint une telle renommée qu'il a totalement occulté le fait divers qui l'a inspiré : en juin 1816, un navire français, la Méduse, quitte le port de Rochefort en direction de Saint-Louis du Sénégal. Son équipage, composé de civils, fonctionnaires, marins et soldats doit s'installer dans cette colonie qui vient d’être restituée par l'Angleterre à la France. Mais par la faute de son capitaine, promu commandant de l’expédition à la faveur de la Restauration, La Méduse s'échoue sur un banc de sable, le banc d’Arguin, au large de la Mauritanie. Les canots de sauvetage se révélant en nombre insuffisant pour les 400 passagers, 150 personnes sont sommées de prendre place sur un radeau de fortune de 20 mètres sur 12, gratifiées de cinq tonneaux de vin pour tout ravitaillement. Seuls 15 d'entre eux survivront, secourus par un autre navire français, L'Argus, après 13 jours et 12 nuits d’une mortelle dérive.

Après avoir lu Le naufrage de la Méduse, livre témoignage de Corréard et Savigny, j’ai eu envie d’aller voir le tableau de Géricault au musée du Louvre. Lorsque je me suis retrouvé au pied de cette œuvre monumentale, j’ai réalisé que ce tableau n’était pas simplement un tableau, mais une fenêtre sur un monde, sur une part de notre histoire de France et plus largement sur l’histoire de l’humanité.

C’est ensuite en me plongeant dans les différents témoignages des rescapés du naufrage qui ont inspiré à Géricault son Radeau de la Méduse et en mesurant la distance considérable à laquelle Géricault situe son œuvre par rapport à ces récits, que m’est venue la première envie d’un travail qui a pris la forme d’une fiction radiophonique Les Naufragés de la Méduse (1) Les Hauts Fonds. Cette fiction raconte le dernier voyage de la Méduse, de Rochefort à St-Louis du Sénégal, brutalement interrompu par son échouage sur le banc d'Arguin. Elle finit au moment de l’abandon des 150 passagers sur le radeau.

Le projet est aujourd’hui de raconter la suite de cette expérience humaine au théâtre, à savoir les 13 jours et 12 nuits passées sur le radeau : 150 personnes au moments de l’abandon du radeau, 15 personnes au moments où ils sont secourus 13 jours plus tard : que s’est-il passé ? Qu’elle a été le sort des 135 disparus ? En cherchant la théâtralité, la mise en scène nécessaire pour rendre audible cette tragédie si antique et si moderne, avec une distribution métissée, il s’agit de créer ce spectacle hors les murs, dans ses décors historiques : dans l’ancien Palais du Gouverneur de Mauritanie à Saint-Louis du Sénégal – où ont été transportés les 15 rescapés – puis sur le radeau reconstruit à l’échelle 1 (20m x 12m), dans la cour du Musée National de la Marine de Rochefort.

conception, texte, mise en scène et scénographie Laurent Leclerc · Librement inspiré des témoignages des survivants du naufrage de la Méduse (1816) et du chef-d’œuvre de Théodore Géricault (1818-19) · en dialogue avec Bruno Chenique, historien de l’art spécialiste français de Géricault ·

une production Barouf · coproduction La Comédie Poutou-Charentes - Centre Dramatique National, Le Ministère des Armées - DPMA (en cours) ·  coréalisation Musée national de la Marine de Rochefort, soutiens Ville de Rochefort, CARO, résidences de création Arcal (Paris), Lilas en scène ( Les Lilas), Les Amarres (Rochefort), Musée de la Marine de Rochefort.

L’auteur-metteur en scène remercie Jacques Rouayroux, Martine Blanchon, Philippe Mathieu, Denis Roland, Yves Beaunesne et toute son équipe, Isabelle Hermann, Marc Monsaillier, Florence Lecossois, David Bodin, Stéphanie Charpentier (Caro), toute l’équipe de création et particulièrement toute l’équipe de Barouf qui a œuvré sans relâche pour la réalisation de cette aventure · Barouf © Saison 2016-2019 - Tous droits réservés pour tous pays

Photo centrale : Laurent Leclerc photographié par © Denis Roland, 2017. Photos ci-dessus © Musée de la Marine D.R.

Calendrier des représentations


MUSÉE NATIONAL DE LA MARINE DE ROCHEFORT
1, Place de la Galissonnière
17300 Rochefort

> Vend. 28 juin 2019 à 18h
> Sam. 29 juin 2019 à 18h
> Dim. 30 juin juin 2019 à 18h

Le spectacle a lieu sur le Radeau de la Méduse reconstitué à l'échelle 1:1 (Nombre de places limités)

Durée : 4h env. avec 2 entractes

TARIFS
pass-trilogie plein : 35 €
pass-trilogie réduit (∗) : 20 €
(∗) : scolaire, demandeur d'emploi, -de 26 ans, groupe (+ de 8 pers.)

 > Réservez vos places une seule adresse :
contact@barouf.org

Billetterie ouverte 1h avant le début de la lecture au Musée de la Marine

Infos Musée :
+33 (0)5 46 99 86 57
rochefort@musee-marine.fr

Infos Cie :
+33 (0)7 69 72 12 50
contact@barouf.org